Lendemain de changement d’heure et départ des 10 kilomètres à 9h45, c’est une configuration royale pour ce dimanche matin.

C’est vraiment le bon terme car Saint-Denis, avant d’être une commune du neuf cube et la ville où s’est jouée la finale de la coupe du monde 1998, est avant tout la nécropole des rois de France. Ainsi, 68 rois et reines et 81 princes et princesses de France sont inhumés à la Basilique de Saint-Denis.

Cette course est devenue un incontournable dans mon calendrier depuis plusieurs années. En effet, je l’ai déjà couru à 10 reprises avec une première participation en 1999. Je n’ai d’ailleurs couru cette course que sur le format 10km et n’ai jamais réalisé moins de 40min, cela ne sera pas encore pour cette édition. L’année dernière, j’avais opté pour la classique Marseille-Cassis dont je ne garderai pas un grand souvenir au niveau de l’organisation et de la configuration de course.

Je croise pas mal d’amis près des vestiaires avec notamment Antoine, pacer de luxe de Gui seulement une semaine après son 2h37m au marathon d’Amsterdam, Mano la reine des selfies, Dominique, Insaf, Nicolas et Oxanna, Cindy, les twins, Aline et Loïc. Il a été à l’honneur dans le dernier Jogging International avec l’article « Tout doux la grande lessive », naturellement il l’a cherché et je le charrie.

Cette année, je décide de faire le lièvre pour Nicolas car je n’ai pas totalement récupéré de mon marathon et je suis passé en urgence chez mon osthéo vendredi soir après m’être déplacé le bassin à la natation. Eh oui c’est possible. Cela se décide 15 minutes avant le départ. C’est toujours agréable lorsque l’on n’a pas d’objectif chronométrique de motiver un pote et de l’emmener sur le chrono souhaité, on court régulièrement ensemble chez Nike le mardi soir. Durant mon échauffement, je croise aussi Rémi T avec qui j’étais parti au Kenya, cela fait plaisir de le croiser. Coup de chance car il est sur Paris juste pour quelques jours avant de finir son stage au Ghana. L’objectif de Nicolas est de réaliser un chrono compris entre 43 et 44 min. Nous partons un peu vite sur la première ligne droite et régulons l’allure au passage au premier kilo. Passage au 5ème kilomètre près de la basilique en 22min, on remonte progressivement des petits groupes. Passage au 9ème kilomètre dans le Stade de France, toujours un bon moment. J’en profite pour faire une petite vidéo. Dans le virage, je croise Yoann qui nous photographie dans le stade, sympa qu’il ait obtenu la carte presse cette année. L’arrivée se fait dans le stade annexe appelé « le Petit Stade ». On franchit la ligne en 43min38s, objectif accompli. Sur la ligne, Gui saute de joie, il fait un joli 38m50s et bat son RP tandis que Vincent termine à la 4ème place en 32min47s.

La récupération des consignes sera chaotique. Plutôt que de rapprocher les sacs, les bénévoles ont préféré opter pour des allers-retours avec des caddies et vélos. Je pense qu’à la fin de la matinée, ils auront fait presque 10 kilomètres.

L’organisation de cette course (hormis le loupée aux consignes) est toujours parfaite avec un parcours relativement roulant. Sauf autre contrainte, je serais bien là l’année prochaine pour ma 12ème participation à cette course avec peut-être un bon chrono à la clé.

IMG_2906

Publicités