Ma douleur à partir du 6ème kilomètre des foulées de Vincennes est bien confirmée. Le lendemain matin, je ne fais pas le fier et ai du mal à marcher correctement.

Un petit tour chez Stéphane Verbrackel, mon kiné à Charenton est indispensable. J’arrive à avoir un rendez-vous pour le mercredi à 7h30. Il m’attendait plutôt le soir, on ne s’est pas bien compris. Le cabinet ouvre à 8h, il arrive à me consulter tout de suite. Rapidement, il détecte que j’ai une tendinite au niveau du talon d’Achille. Il ne me parle pas de délai car il peut être très variable et nous ne sommes pas égaux face à la récupération. Par contre une chose est certaine, une coupure totale est indispensable.

Rapidement j’abandonne tout espoir pour la Crytal Run et mon record sur le Semi de Paris dont j’avais entamé une préparation depuis 4 semaines. D’un autre côté, mes objectifs de la saison sont situés fin mai à Annecy et fin août à Chamonix. Je préfère que cela arrive en début de saison plutôt qu’en pleine préparation ou durant la course, on se rassure comme on peut.

Il me montre des exercices à répéter tous les jours avec l’application biquotidienne de glace au niveau du tendon. Il me parle de protocole de Stanish qui consiste à répéter quotidiennement plusieurs mouvements. Mais qui c’est ce Stanish ? Ce professeur d’orthopédie était notamment le médecin de la délégation du Canada pour les JO 1984 et 1988. Son protocole prône la rééducation des tendinopathies en faisant appel à des techniques sollicitant le tendon en torsion et en traction, par un travail musculaire excentrique. Il préconise de travailler à la limite de la douleur sans jamais la dépasser, cela permet de casser les fibres tendineuses malades pour leur permettre de cicatriser correctement.

En parallèle, je commence tout de suite les ondes de choc. C’est la première fois que j’en reçois, je me serais bien passé de cette expérience. Ce n’est pas très agréable et j’ai l’impression de prendre des coups de décharges. Cela consiste à provoquer des microtraumatismes de façon à stimuler le processus de cicatrisation. Les séances durent environ 10 minutes.

Je suis parti pour 7 séances d’onde de choc réparties sur presque 4 semaines. En parallèle, je continue les mouvements de Stanish et le glaçage. Maintenant que j’ai été bien sage et que j’ai respecté les consignes, je vais pouvoir recommencer un footing léger avec 72h de récupération puis 48h avant d’allonger progressivement les séances.

stanish     tri_exc

Publicités