Température printanière pour la dernière course de l’année et ciel bleu au rendez-vous. Cela n’a pas été toujours le cas, j’ai connu des années où la température était largement négative. Nous sommes environ 1 400 participants sur la course populaire, 10 km depuis 3 années. C’est ma 7ème participation. Le parcours n’est pas évident : 3 boucles avec une petite montée d’environ 300 mètres après un virage serré devant l’église et de nombreuses relances à effectuer dans la zone pavillonnaire.

C’est toujours sympa de retrouver les amis sur cette course. Je croise pas mal de têtes surtout au retrait des dossards. Pas de pressions de mon côté niveau chrono, j’ai fait uniquement 2 entraînements légers depuis mon trail à Dorset, je pense néanmoins pouvoir faire entre 41 et 42 minutes. Aucunes séances sur piste depuis le marathon de Berlin, je compte bien reprendre du service pour le premier trimestre 2016 pour regagner de la vitesse.

Départ à 15h45 sur l’habituelle place du 14 juillet. Curieuse annonce au moment du départ, on nous rappelle que le règlement interdit l’usage d’écouteurs durant la course et qu’il y aura des contrôles et des juges durant la course.

Certaines analyses disent que le simple fait de porter des écouteurs pourraient accroître de 15% les performances d’un coureur. Cela doit déjà dépendre de sa playslist ! Ensuite, si tel était le cas, tous les professionnels auraient le dernier ipod et les kenyans pourraient déjà courir un marathon sous la barre symbolique des deux heures ? Curieux que personne n’y ait pensé avant, par contre d’autres produits qui font débats actuellement font certainement gagné ces 15 %. Il est certainement plus simple de s’occuper des écouteurs plutôt que du dopage. Mais c’est un autre débat.

Le deuxième argument souvent évoqué est la sécurité. Les coureurs portant des écouteurs sont moins attentifs et au fait des bruits extérieurs. Personnellement, je ne cours jamais en compétition avec des écouteurs, par contre je les utilise régulièrement lors de mes footings en solo.

Départ toujours délicat sur la corrida car il y a 2 arbres au milieu des premiers mètres après la ligne de départ. On trouve également des personnes qui ne respectent pas leur SAS de niveau, mais bon …

Je slalome jusqu’au pied de la l’église et pars sur un rythme de 15 km/h. Je sens rapidement que je ne vais pas pouvoir tenir et dis à Easy de faire sa course. J’amorti rapidement la première montée puis trouve mon rythme. Les spectateurs sur le bord du parcours sont plus nombreux que les autres années, la température y est sans doute pour beaucoup. Je gère tranquillement ma course avec un passage au 5ème kilomètre en 20m35s. Lors de mon dernier tour, je croise des élites bien affûtés prêt à en découdre sur la course des as. Finalement, je termine ma course en 41m25s et clôture ainsi une belle saison 2015.

IMG_2918

L’habituel porte-clé à l’arrivée qui fait office de médaille.

IMG_2915

Nouveauté cette année, les frais d’inscription ne sont plus gratuits. Participation  symbolique de 1 € avant la fin d’août puis 15 €.

 

La course des As est comme tous les ans très relevée. Le kenyan, Cornelius Kangogo gagne en 28m10s devant un junior et un espoir. Chez les féminines, victoire de l’Ethiopienne Zerfie Limeneh en 32m07s. Christelle Daunay, championne d’Europe de marathon fini 6ème féminine en 32m57 et première V1.

 

Un peu d’histoire :

« La Corrida de Houilles a été créée en 1972 par Alexandre Joly, alors président du Comité des fêtes qui s’inspira de celle de Sao Paulo. L’épreuve « gratuite et ouverte à tous » se disputait sur 9,6 km. Il faudra attendre 1992 pour que l’épreuve soit homologuée et qualificative pour les championnats de France du 10km. Lors de la première édition, Alain Mimoun, alors agé de 52 ans termine 8ème de l’épreuve à  un peu plus d’une minute du vainqueur  Jean-Yves Le Flohic. Dès 1974, première victoire d’un étranger, celle du polonais  Bronislaw Malinowski, champion olympique du 3000 m steeple. C’est en 1978, devant le succès populaire grandissant, que les organisateurs décident de scinder l’épreuve en deux : La Course des As et la Course populaire. »

Palmarès :

« Depuis sa création en 1972, la corrida a vu s’illustrer les meilleurs athlètes de la planète. Pour certains, encore inconnus en Europe la corrida fut la première marche d’une brillante carrière internationale. Le marocain Khalid Skah, champion olympique du 10 000 marqua les esprits en remportant la corrida 8 fois ! Que dire de la légende Ethiopienne Haile Gebreselassie, double champion olympique vainqueur à Houilles en 1994 ? De sa compatriote Merima Denboba qui l’emporte 3 fois ? Arpin, Mamede, Malinowski, Kipketer… Les plus grands foulèrent le bitume ovillois. »

Publicités