C’est mon premier dossard épinglé en cette année 2016. Après une coupure de presque 3 semaines en décembre après mon trail en Angleterre, la forme et la vitesse reviennent. Depuis quelques semaines, je reprends les séances sérieusement et le speed run du mardi soir avec la team de Nike.

Mon plan d’entraînement pour le semi-marathon de Paris concocté par Clovis fait travailler beaucoup l’allure 15km/h, ce 10 km sera donc un bon test. J’ai néanmoins depuis plusieurs jours des douleurs au niveau de mon mollet, j’ai donc allégé ma semaine avec uniquement 2 sorties. Ma déchirure au niveau du mollet droit de l’année dernière s’était justement déclenchée sur cette course, ce n’était pas particulièrement un bon souvenir.

Depuis maintenant 3 éditions, l’organisation Sport Passion a décidé de faire 2 courses de 10 km (un peu sur le modèle de la corrida de Houilles) avec un format élite réservé aux coureurs ayant un justificatif de moins de 48 min et une course populaire ouverte à tous. Le terme Elite est un peu étonnant, mais cela fait rêver un peu de voir ce terme sur son dossard. Un total de plus de 6 000 coureurs dont plus de 1 800 élites, on est loin de la petite organisation que j’ai connu il y a une dizaine d’années, mais la machine est bien rodée.

C’est ma septième participation à cette course, je croise de nombreux amis runners, c’est toujours agréable. Je fais mon échauffement avec le frangin qui est en forme en ce moment, les 2 Johann et Nicolas. Je vais les laisser partir devant, on ne sera pas sur le même rythme. Je pars du côté droit (dossard impair) du cours Marigny. Toutes les années où je pars de ce côté, j’ai l’impression de faire un peu plus de distance, cela ne changera pas grand-chose de toute façon. Cela se bouscule un peu dans le premier virage, je passe en 3m53s au premier kilomètre, les sensations sont bonnes, le peloton est encore bien dense.

Le parcours est constitué de longues lignes droites avec quelques relances, cela reste un parcours à RP. C’est tout plat, la densité de coureurs est importante et cette année la température idéale. J’accélère légèrement le rythme car j’ai de bonnes sensations jusqu’à mi-parcours. A mi-course, je passe en 18m59s soit les bases de mon record. Peu après le sixième kilomètre, je ressens une petite douleur au niveau du talon d’Achille, je décide de ne pas prendre de risque et de rester sur une allure proche des 15km/h. Je fini finalement en 39m17s. Un grand bravo au frangin et Johann qui battent leur record en 37m23s et 37m06s.

Après un passage chez mon kiné, j’ai finalement une tendinite. Je découvre les ondes de choc et vais devoir multiplier les étirements, le glaçage et le repos.

foulees vincennes 2016

IMG_3504

Publicités