J’ai une petite revanche sur cette course. Effectivement, j’étais inscrit l’année dernière sur la distance reine avec le fameux aller-retour au sommet mais un retour de blessure m’a contraint à être raisonnable et à me positionner finalement sur le 16 km. Lorsqu’Alex me propose de faire le remake de ce week-end sympathique, je n’hésite pas très longtemps. Surtout que dorénavant, j’ai beaucoup moins l’occasion de le voir puisqu’il a déménagé près de Cavaillon. Ce sera une bonne excuse pour le revoir. Après un court passage chez ma grand-mère à La Seyne-sur-Mer, je rejoins vendredi après-midi en TER la gare de Cavaillon ou m’attend Alex. Renaud et Eric (qui a rejoint la team Ventoux cette année) arrivent vers 22h tandis que Camille et Nicolas nous rejoignent au milieu de la nuit.

La Team est réuni pour le petit déjeuner. Alex a réussi à nous trouver un hébergement dans le mas provençal où il loue son studio, c’est parfait.

IMG_6670.JPG

Petite promenade en fin de matinée pour arriver sur les hauteurs d’Oppède-le-Vieux à travers les coteaux et les vignes puis passage obligatoire pour un apéro au petit café. On commence à avoir nos habitudes. Superbe salade composée sur la terrasse avant une bonne sieste, il est déjà l’heure de regarder le dernier match du tournoi des 6 nations. France-Pays de Galles avec une victoire obtenue au bout de 100 minutes soit 20 minutes d’arrêt de jeu, du jamais vu. Pasta party traditionnelle, demain réveil à 5h15 pour un départ à 6h avec Alex. Le reste de la team est sur le 16 km et le 26 km avec un départ à 9h15, il préfère donc trainer un peu plus au lit.

Lorsque j’entends parler du Mont Ventoux, je pense d’abord au Tour de France et les fameux lacets qui amènent régulièrement le peloton sur le sommet lunaire. Le géant de Provence est situé à 1 911 mètres d’altitude : les plus grands champions cyclistes ont gravi ses pentes, un certain Tom Simpson y laissa même sa vie. Peu avant 7h, on arrive à Bedoin qui est célèbre également pour son rond-point avec un coureur cycliste en fer forgé avec au loin en ligne de mire le fameux Mont Chauve.

IMG_6685

Seule l’épreuve du 46 km passe au fameux sommet. La course avec ses 2 450 mètres de D+ ouvre le Challenge Salomon Over The Mountain 2017 et compte également pour le challenge de Trail de Provence longue distance. Le départ se fait au centre de Bedoin à 8 heures, 1 100 traileurs sont attendus. On récupère rapidement notre dossard et on retrouve Fabien et Jérémy qui vient prendre sa revanche de l’année dernière.

Un sacré plateau encore cette année avec au départ notamment Sylvain Court, champion du monde de Trail en 2015, Xavier Thevenard : vainqueur de la CCC/TDS/UTMB. Nicolas Martin, Sébastien Spelher, Ludovic Pommeret et Marc Lauenstein sont également de la partie.

L’organisation annonce un temps idéal avec néanmoins des passages difficiles. On aura des névés avec des plaques de verglas à proximité du sommet et également du vent. Je pars tranquillement en fin de peloton sur les 2 premiers kilomètres qui nous permettent de sortir du village. Je n’ai pas beaucoup d’entraînements depuis ces 6 derniers mois et encore moins dans du dénivelé. A la première montée, j’opte pour une marche rythmée avec les bâtons qui sont uniquement autorisés sur le 46 km. J’ai les jambes lourdes, ça va promettre. On se retrouve rapidement dans un paysage surréaliste : on fait les montagnes russes dans les dunes de sable, la mer est pourtant loin mais le Ventoux nous réserve toujours de belles surprises. J’ai rapidement du sable dans les chaussures, on va faire avec.

IMG_6747

Les premiers embouteillages se forment sur certains passages, j’en profite pour faire quelques photos et apprécier le paysage. Je reconnais rapidement quelques passages du parcours de l’année dernière. C’est toujours aussi beau. Nous continuons de progresser, on n’aperçoit pas encore le Ventoux avec sa célèbre tour d’observation.

IMG_6750

A 4 kilomètres du sommet. la route est complètement verglacée, c’est une vrai savonnette. Je suis bien content d’avoir pris mes bâtons, de nombreux trailers glissent heureusement sans gravité. Le vent commence à souffler, je sors ma veste qui était pour le moment resté au fond du sac. Je continue de m’alimenter et de boire régulièrement, je commence à avoir l’habitude de ce type de course avce l’expérience des 2 dernières années de trails.

IMG_6712.JPG

Je franchis le sommet en un peu moins de 4h de course, je décide de ranger les bâtons et le Gore-tex pour attaquer la descente. On est à mi-course, j’ai de bonnes sensations et mes jambes sont revenues. On nous a réservé des balises digne d’une descente de ski alpin, je reste prudent et essaye de bien gérer la descente en évitant de prendre des risques. J’ai mon marathon à Boston dans un mois, je préfère y arriver entier. Je prends du plaisir et admire la vue incroyable.

IMG_6773.PNG

IMG_6732.JPG

Je m’attendais à 23km de descente mais comprends rapidement que ce ne sera pas le cas. Mon voisin me précise que la seconde partie du parcours est compliquée et qu’elle réserve environ 1/3 du dénivelé global de la course. C’est vrai que je n’avais pas du tout regardé ce détail. Je descends prudemment dans les descentes et suit un bon rythme de marche rapide dans les montées.

Comme l’année dernière, l’organisation nous réserve une ultime surprise : passage à genoux d’un tunnel d’une dizaine de mètres. Je relance pas mal sur les derniers kilomètres et remonte de nombreux concurrents qui espèrent juste la ligne d’arrivée. J’ai encore des jambes et fini assez frais la course et surtout sans blessure, ce qui était l’objectif premier.

Au final, Alex fini à une belle 188éme place en 5h47m50s tandis que Fabien franchi la ligne moins de 5min avant moi. Il a accompagné Jérémy jute après le sommet qui a malheureusement été contraint d’abandonner au ravitaillement suite à ses problèmes récurrents de genoux. De mon côté, je fini en 6h56m20s (en temps officiel) à la 524ème place avec un Ventoux de Bronze à la clé. 918 concurrents franchissent la ligne dans les barrières horaires.

Je croise Yoann R. juste après ma douche au stade municipal. Il a laissé son appareil photo et s’est lancé dans ce beau défi, il a eu l’air d’apprécier la course. Il est temps pour moi de regagner Avignon ou m’attends mon bus de nuit. Coïncidence incroyable, j’y croise Philippe T. alias Pinkrunner qui vient de terminer son marathon à Marseille.

Je recommande vraiment cette belle course, les paysages sont incroyables et d’une variété exceptionnelle. Encore un grand merci à Alex pour son accueil et pour l’organisation.

Ventoux de platine en dessous de 04h00
Ventoux d’or entre 04H00 et 05h19
Ventoux d’Argent entre 05h20 et 06h016

Ventoux de Bronze entre 06h17 et 08h00

Inscription 2017 à 35 euros avec un petit repas compris.

Illustration extraite : « des Bosses et des bulles »

IMG_6756

Sans titre.png

Publicités