A la recherche de dénivelé en vue de ma préparation pour mes 2 objectifs trail de l’année avec la Maxi Race fin mai et la CCC fin août, je me renseigne pour partir début mai pour une semaine d’entraînement.

Après avoir longuement hésité entre un tour à Ifrane sur les terres d’Hicham El Guerrouj ou les hauteurs de Font-Romeu dans les Pyrénées, j’opte finalement pour un stage trail avec l’UCPA dans les gorges du Verdon. Cela me rappellera le pèlerinage annuel avec mes grands-parents maternels à la quête de la dernière pièce du service de la faïence de Moustiers.

J’ai le souvenir de la couleur incroyable du lac artificiel de Sainte-Croix et des falaises impressionnantes de la route des crêtes. Je me décide moins d’une semaine avant mon départ et réserve mes billets de train pour arriver à me synchroniser avec la navette prévue à Aix-en-Provence. Lors du salon du running, je croise Blandine qui me parlait également de ce stage, elle sera aussi de la partie. Le programme prévoit environ 20 à 25 km par jour ce qui me paraît pas mal en volume et surtout du dénivelé qui ne manque pas dans la région.

Lundi 2 mai 2016 :

Départ par le TGV direction Aix-en-Provence avec une rapide correspondance via Avignon. 10 minutes avant le départ, une annonce avertit qu’une valise a été oubliée dans les toilettes. Cela commence bien, le wagon situé dans la voiture suivante est rapidement évacué, on ne va sans doute pas partir à l’heure. Finalement, nous partons 30 minutes plus tard, on s’en sort plutôt bien. Le trajet passe rapidement et la correspondance est assurée malgré le retard. Je retrouve Blandine ainsi que les autres stagiaires dans la navette sur le parking de la gare. Nous rejoignons le centre UCPA situé à La Palud-sur-Verdon après 2h de trajet, il faisait plus de 30 ° dans le bus sans climatisation, il était temps que l’on arrive.

IMG_1244.JPG

On se regroupe sur la terrasse du centre avec des fiches distinguant les groupes correspondant à notre activité. Les trailers sont minoritaires, nous sommes 4 tandis que les randonneurs et ceux pratiquant l’escalade représentent la majorité du groupe.

Après une rapide collation, nous ne perdons pas de temps et faisons connaissance avec Céline qui animera le stage trail. Elle nous explique rapidement le programme et l’état d’esprit du stage. Nous partons tranquillement sur un sentier au départ du village, la vallée est très sympa et les paysages promettent déjà. Nous traversons des sentiers puis des bosquets alternant les sous-bois et premières montées. Après 10km environ, nous rejoignons le village tout en pierre de Châteauneuf. Il est abandonné depuis les années 1920 environ. Nous rejoignons ensuite une grotte située à proximité de la falaise voisine. Joffrey et Yoann se glisse dans la grotte comme des spéléologues et se retrouvent dans une salle surplombant la chapelle des templiers. Il est temps de rentrer au centre après un peu plus de 20,7 km avec 610 m de D+, belle première mise en jambe. Cryothérapie à la fin de la séance dans le lavoir situé en face du centre. Rendez-vous à 19h sur la terrasse, buffet copieux et crêpe party en dessert.

Mardi 3 mai 2016 :

Réveil matinal vers 6h30 pour moi, le ciel est bleu azur. Le point de rendez-vous de l’ensemble des groupes est fixé tous les matins à 9h. Nous prenons une navette dans laquelle nous laissons notre pique-nique du midi jusqu’au pont de Carajuan.

IMG_1259.JPG

Montée sèche sur un sentier d’environ 3km menant à un site favorisant la réintroduction des vautours. Le panorama est magnifique. Passage rapide par le village de Rougon, nous aurons l’occasion d’y repasser d’ici la fin du séjour. Le village est dominé par les ruines du château fort perché sur une arête vertigineuse dominant l’entrée des gorges. Sur la descente, je trébuche sur un caillou, je n’allais pas particulièrement vite mais la seconde d’inattention est fatale. La dragonne de mes bâtons télescopiques se prend avec mon auriculaire droit. Je sens que ce dernier gonfle et commence à changer de couleur, ce n’est pas très bon signe. Heureusement Céline avait du strapping, on relie mon doigt avec l’annulaire qui fait office d’attelle. Je me suis bien ouvert aussi au niveau du genou et de l’épaule. Je retrouve mes esprits et repars doucement. Après une belle montée, nous rejoignons un incroyable belvédère avec une vue sur les gorges du Verdon à couper le souffle. Il ne vaut mieux pas avoir le vertige, les falaises sont impressionnantes.

IMG_1287

Nous rejoignons ensuite le petit village médiéval de Trigance où nous attend une fontaine d’eau bien fraîche. On recharge les batteries avec un mélange de fruits secs et d’amandes.

IMG_1311.JPG

En début d’après-midi, nous retrouvons notre van et mangeons tranquillement au bord du Verdon. Au total, 19,2 km au compteur de la sortie avec 990 m de D+. Nous rentrons par la fameuse route des crêtes, passage incontournable avec des arrêts possibles au niveau de plusieurs belvédères. Ces derniers donnent d’ailleurs souvent à des accès aux nombreuses voies d’escalades, on parle de plus de 1 500 voies sur les roches calcaires.

IMG_1374.JPG

Après un apéro bien arrosé et un buffet toujours aussi généreux, nous rejoignons le bar pour voir la finale retour de la ligue des champions tandis que les filles jouent au babyfoot. Evelyne, Mathilde, Fanny et Isabelle notamment sont déchaînées.

Mercredi 4 mai 2016 :

Le doigt et le genou sont toujours douloureux mais c’est supportable, je me recouvre le genou de baume du tigre, on me suit à la trace. On nous dépose ce matin en van au chalet de la Maline. Le chemin descend en lacets pour rejoindre le Verdon au gué de l’Estellier jusqu’à une passerelle. On rejoint alors le « Sentier Martel » du nom du spéléologue français Édouard-Alfred Martel. Il sera rebaptisé, en 2005, « Sentier Blanc-Martel » en hommage à Isidore Blanc, l’instituteur Rougonnais qui servit de guide au spéléologue. Le sentier est magnifique, il longe sur près de 15 km la rivière  par la rive.

IMG_1430.JPG

On arrive ensuite à la Brèche Imbert après le passage d’une courte mais bonne grimpe. 6 échelles totalisant 252 marches d’escalier métallique ont été installées pour descendre les 100 mètres de dénivelé.

IMG_1467.JPG

On attaque une série de tunnels empruntés par le sentier sur les sept créés lors des aménagements, on commence par le tunnel de Trescaïre, long de plus de 100 mètres.

IMG_1486.JPG

Puis vient celui du Baou, long de 650 mètres. Ce tunnel est en courbe, heureusement on avait la frontale. On rejoint enfin le Point Sublime avant de remonter à Rougon pour une crêpe bien méritée. Elle valait le déplacement, je craque pour celle à la crème de citron, la vue sur la vallée est sympa. On a encore un peu de route car on rentre sur La Pallud-sur-Veron en courant, c’est l’étape la plus longue du programme. Le redémarrage fut un peu compliqué mais on finit la journée avec 25,7 km et 1 100  m de D+. Apéro et pétanque au programme du soir.

Jeudi 5 mai 2016 :

On prend un van en direction du pied du Mont Chiran. Les paysages s’annoncent très différents des autres jours, les alentours paraissent très alpins. Nous commençons par emprunter un chemin à travers champs très pentu avant de tomber sur un chamois apparemment habitué des lieux. Je réalise les 4 premiers kilomètres uniquement en marche rapide, le devers est trop important pour moi, déjà plus de 630 de D+. Sur les hauteurs, on devine facilement le lac Sainte-Croix  et nous passons à proximité des derniers névés.

IMG_1558.JPG

La végétation est également plus rare. La vue au loin est impressionnante et dégagée, on devine le Mont Ventoux, le massif des Alpes et même la Méditerranée. Le vent se lève et j’apprécie ma veste, on sent que nous sommes sur les hauteurs. On rejoint ensuite le sommet du Chiran en haut duquel se trouve un observatoire astronomique construit en 1974 par le CNRS, puis abandonné en 1986. Il a été remis en état par une association et on peut même y dormir. Joffrey et Yoann le rejoigne en courant : impressionnant. De mon côté, j’alterne marche rapide et course. Les filles tiennent un bon rythme également. Le panorama au sommet est impressionnant avec une table d’orientation indiquant les différents massifs situés à 360°. Les toilettes sèches avec sa boule à facette valent le déplacement.

IMG_1643.JPG

Descente sympathique et roulante jusqu’au van où nous attend notre pique-nique suivi d’une longue sieste bien méritée. 15,5 km et 1 100 m de D+ au programme de la journée. Dernière soirée avec tout le groupe, on fait un apéro sur l’herbe avant un barbecue géant avec des excellents desserts avant la dernière partie de pétanque de la semaine.

Vendredi 6 mai 2016 :

Départ par le sentier situé juste derrière le centre. Nous sommes 6 pour le dernier jour, Lucie nous a  rejoints. Démarrage par la forêt de Barbin qui empreinte le GR4.

IMG_1674

On alterne les passages entre forêts mixtes et ligne de crête. Rapidement on devine le lac Sainte-Croix, retenue artificielle mise en eau en 1973 à la suite de la construction d’un barrage. La vue est sympa et dégagée, on devine aussi l’entrée des gorges du Verdon avec la présence de nombreux canoës.

IMG_1685.JPG

On redescend ensuite sur des sentiers larges et roulants  avant de rencontrer les VTTistes du centre. Après le passage du plateau, nous arrivons sur les hauteurs du village provençal de Moustiers-Sainte-Marie.

IMG_1720.JPG

Blotti contre un escarpement rocheux, Moustiers est souvent comparé à une crèche avec son étoile suspendue dans le vide. ll fait d’ailleurs partie des plus beaux villages de France. Nous rechargeons nos gourdes en eau à la fontaine du village. Nous ne passons pas inaperçu avec nos looks de trailers au milieu de ce village pittoresque et touristique. Le point final de rencontre avec les randonneurs et notre pique-nique est situé au bord du lac, il nous reste 4 km pour le rejoindre. Au final, nous y arrivons comme prévu pour 14h après 24,5 km et 910 m de D+. Retour au centre avec une navette avant de repartir pour Aix-en-Provence pour reprendre le train.

Au final, ce stage de trail a parfaitement répondu à mes attentes et est une bonne préparation par rapport à mes différents objectifs à venir. Nous avons quand même réalisé un cumul de 105,6 km et plus de 4 700 m de D+ sur 5 jours. J’ai apprécié la variété des paysages et l’incroyable beauté de cette région. Céline avec son énergie et une playlist de chanson incroyable a su maintenir la bonne humeur dans notre petit groupe avec des niveaux pourtant très différents. Passage obligatoire par les urgences de Saint-Antoine à l’arrivée de mon TGV. Après 3h d’attente, j’ai droit à une manipulation sympathique pour remettre en place mon annulaire et une attelle pour une dizaine de jours.

Budget de 520 € pour le stage de 5 jours : 360 € (incluant la pension complète et les nuitées dans un dortoir de 8 personnes) / Navette AR : 50 € / Train : 110 € (billets pris une semaine avant mon départ).

IMG_4112

IMG_4123

IMG_4160

IMG_4172

 

Publicités