C’est la seconde année que je participe à cette course et elle risque de rester un moment à mon calendrier. Depuis un peu plus d’un an, j’organise de façon hebdomadaire une session avec mes collègues avec plusieurs parcours concoctés autour du travail situé à proximité du parc Disney. Cela crée du lien entre collègues et permet de se changer un peu les idées. Il est paru assez évident de participer tous ensemble à une course : Les 10km de Magny, c’est juste à côté du travail et la course soutient une noble cause. Nous étions 8 au départ de la course l’année dernière, 13 pour l’édition 2017 avec le recrutement de quelques collègues du service du siège. Fin novembre 2016 après accord de la DG, je rentre en contact avec l’organisateur, Lahcène Hiané. En étant sponsor d’un événement sportif, nous allons un peu plus loin dans la démarche et pouvons également communiquer dessus. Je monte un rendez-vous avec Lahcène qui nous présente sa course, cela me conforte encore plus dans la démarche. Je vois ces yeux pétiller à l’idée de l’approche de l’événement et de changer le quotidien de 2 familles soutenues par l’association ELA. Le rendez-vous est donné le 12 mars 2017 avec un nouveau parcours concocté du fait notamment des normes de sécurité draconiennes exigées dorénavant par la préfecture en période d’Etat d’urgence. Malgré l’hiver, notre petit groupe continue de s’entraîner les jeudi midi. La veille de la course, nous sommes invités à la conférence de presse à l’hôtel Blu Radisson proche du golf de Disney. Plateau de parrains incroyables autour des 2 familles avec Pierre Fulla à la présentation (Avec le ton qui le caractérise : ici à Magny-le-Hongre) avec notamment des stars d’athlétisme avec Mehdi Baala, Benoit Z, Ladji Doucouré, Florian Carvalho, la judoka Automne Pavia, la boxeuse Maiva Hamadouche, le champion de boxe thaï et philosophe Aurélien Duarte et la miss France 2014.

Un sacré plateau pour une belle cause. ELA est une association créé en 1992 pour lutter contre une maladie rare s’attaquant au système nerveux : la leucodystrophie. La course n’est qu’une excuse, ce sera la 12ème édition qui permet de changer le quotidien à 2 familles tous les ans et de communiquer sur cette maladie. Une joelette permettra à Benjamin de participer également à la course.

Rendez-vous fixé à 9h30 au gymnase proche de la ligne de départ situé devant le collège Eric Tabarly. Je distribue les dossards récupérés la veille, tout le monde est bien au rendez-vous sauf Hugo et Ibrahim. On rejoint tranquillement la ligne de départ après un petit footing d’échauffement de 10 minutes. Comme l’année dernière, le soleil est au rendez-vous. Nous sommes un peu plus de 600 au départ. Le parcours est à 90% composé de sentiers et chemins ce qui n’est pas pour me déplaire. Le cadre est agréable et vallonné. Je démarre doucement avec mes collègues, je m’arrête au 1er kilomètre pour prendre des photos. Je décide ensuite de remonter une partie de la course pour prendre en photo ceux partis devant. J’accélère durant 4/5 kilomètres avant de revenir en arrière. Je fini avec Sandrine qui a du mal à boucler la course. Le chrono est anecdotique, tout le monde a bien franchi la ligne d’arrivée. Les femmes repartent toutes avec une rose. Je félicite Lahcène à l’arrivée pour l’organisation et lui dis à l’année prochaine.

Il est temps de regagner l’espace d’accueil d’Ange qui nous a concocté un apéro antillais avec un ti punchs et des accras. Beau moment de convivialité entre collègues.

Publicités