Mi-août, je commence à rechercher des courses à programmer en Gironde. En effet, je viens tout juste de trouver mon futur appartement et mon nouveau job débute le 1er octobre.

Je finalise la réservation de mon dossard (tarif de 43,20 €). J’en profite pour la proposer également à mes amis bordelais. Cette course, initialement programmée en avril, a été décalée du fait des manifestations des gilets jaune. Ce sera la cinquième édition en nocturne, pas si commun que ça, avec une marathon solo ou relais et un semi marathon au programme.

L’organisation a régulièrement changé avec quelques critiques sur la première édition notamment. Mais contrairement aux autres années, la météo est au rendez-vous. Cette fois-ci, l’organisateur est IRONMAN. On ne nagera pas dans la Garonne, mais en général, l’organisation est irréprochable.

Je propose à plusieurs amis la course sur le format semi-marathon. On arrive à former un bon petit groupe avec Anais, Ludivine, Virgile et Edouard.

L’entraînement et la forme ne sont pas au rendez-vous. Je n’aurai couru que deux fois depuis l’Impérial Trail de Fontainebleau. Combiné avec un déménagement la semaine d’avant et le début d’un nouveau job : on va devoir limiter la casse.

On se retrouve avec la team au tram de la station Pyrennées à proximité de la maison. Direction le terminus du jour : la gare Saint Jean. Tout est bouclé depuis quelques heures en vue du marathon et semi-marathon. Nous n’avons qu’à suivre les coureurs qui rejoignent la ligne de départ au niveau du Palais de la Bourse

Parcours-semi-marathon-854x632

Je retrouve Matthias, ambassadeur Salomon qui était sur un des stands du village marathon. On a échangé sur internet quelques jours avant le semi-marathon. Il n’a pas de dossards mais prévoit de faire sa sortie longue et de m’accompagner sur quelques kilomètres.

BORDEAU

30 minutes avant le départ, c’est déjà l’effervescence. Tout le monde commence à rejoindre son SAS de départ. Je suis dans le SAS 1h30, à proximité du départ. La sono est à fond et le palais de la Bourse fait office de boîte de nuit avec sa scène et les jeux de lumière. Je croise Romain juste à l’entrée du SAS. Enorme, trop content de le croiser au milieu des 12 000 participants. Il me guettait. On décide de partir ensemble.

BORDEAUX

On part sur une base d’environ 4’30 au kilo. Je ne pourrai pas tenir un rythme beaucoup plus rapide. Enormément de spectateurs sur le côté pour nous encourager. Le fait de courir en nocturne donne un atmosphère particulier. Il fait environ 20 degrés au moment du départ à 20h, limite un peu trop lourd. J’espère que la température va baisser progressivement.

Grande ligne droite sur le quai Louis XVIII, des Chartrons puis de Bacalan avant de rejoindre la rive droite par le pont Chaban Delmas inauguré en mars 2013. Faux plat avec ce passage de pont qui permet de rejoindre le quartier de la Bastide et son quai de Brazza. C’est un quartier en pleine mutation avec notamment Darwin, ancienne caserne militaire transformé en lieu dedié à la culture urbaine.

Peu après le km 5, on passe le pont de pierre pour repasser rive gauche. Les spectateurs sont encore au rendez-vous. On garde le ryhtme avec Romain. Peu après, les marathoniens solo et relais bifurquent sur la gauche. Je retrouve Matthias qui me prospose de m’accompagner. Le ryhtme s’accélère légèremment, pas certain que je tienne jusqu’au bout. Romain ralenti de son côté. Nous passons dans le quartier des Chartrons puis je découvre le bassin à flot et Bacalan à proximité de la cité du vin. Il y a des grues partout, ces quartiers sont en pleine évolution. Ce n’est pas la partie la plus intéressante, le chemin est sombre et nous avons l’impression d’etre seule au monde. On refranchit le pont Chaban Delmas, je ralenti un peu le ryhtme. Le manque d’entraînement se fait ressentir, Matthias me force à m’accrocher néanmoins en gardant le tempo. Je relance un peu la machine au passage du pont de pierre, l’arrivée n’est plus trop loin.

Je franchi la ligne d’arrivée en 1h41m22s soit une moyenne de 4’45/km. Il faut vraiment que je retrouve le rythme de l’entraînement. L’arrivée est plutôt bien organisée avec des ravitaillements remis directement dans des sacs juste après la médaille. Je retrouve à l’arrivée Ludovic, tout nouvel ambassadeur Uglow qui vient d’emménager dernièrement sur Villenave d’ornon, ainsi que Romain.

Je retrouve la team au moins 45 minutes après mon arrivée. Je commençais à refroidir avec mes affaires bien mouillées. Ils sont globalement satisfaits de leur course.

Sans titre

Je ne suis pas déçu de m’être inscrit sur cette course et vous donne rendez-vous à Biscarrosse pour ma prochaine course prévue le 23 novembre prochain sur la distance du 18km.

Sans titre .png

Sans titre  .png

 

BO